La sécurité des systèmes d’information de santé au cœur des préoccupations !

Désormais tous les acteurs du secteur, GCS, établissements, URPS, professionnels de santé, éditeurs, mais aussi les assureurs et mutuelles se bousculent dans la course effrénée à la sécurisation de leur SI, de leurs process, de leurs données.

Les récentes attaques informatiques de grande ampleur telles que Wannacry et NotPetya, la menace des terribles sanctions administratives (jusqu’à 4% du CA mondial ou 20 millions d’€) prévues par le règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable au 25 mai 2018, mais aussi l’inflation de textes réglementaires ont permis aux acteurs du secteur de la santé et du médico-social de changer de paradigme.

WIFI : couper le cordon n’est pas sans risque

La mobilité est aujourd’hui incontournable. De plus en plus présente au sein de nos systèmes d’informations de santé : chariots de dispensation avec ordinateurs portables, tablettes pour la prise de commande des repas au lit du patient, Smartphone du Directeur, échographes mobiles, Wifi patient… Les exemples ne manquent pas, mais ces données libres de circuler en dehors des gaines de nos bon vieux câbles cuivre et autres fibres optiques, gravitant tout autour de nous de manière invisible pour un œil non averti sont-elles bien en sécurité ?
Le Wifi désormais disponible sur de nombreux dispositifs médicaux loin d’être irréprochables en matière de sécurité, ne représenterait-il pas un risque supplémentaire pour le patient ?

Les GHT, un accélérateur des nouveaux usages numériques ?

Il est des réformes de santé qui touchent les Français au cœur de leur territoire et de leur quotidien. Les Groupements Hospitaliers de Territoire en sont une puisqu’ils redistribuent les cartes de l’accès aux soins. En effet, les 135 GHT créés par a dernière loi de santé ont pour vocation de rationaliser et de mettre en cohérence l’offre de santé dans un bassin donné. Concrètement, la formation des GHT devrait limiter progressivement les ruptures dans les prises en charge, rationaliser l’offre de soins, éviter les redondances de l’offre et des actes. Cette réforme porte la double exigence de la viabilité économique de notre système de santé et l’universalité de la prise en charge.

Le chiffrement expliqué à mon voisin qui n’y connait rien mais qui voudrait savoir

A lire en cette rentrée, le livre blanc de Gérard PELIKS, Président de l’atelier sécurité et VP de Forum ATENA : « Le chiffrement expliqué à mon voisin qui n’y connait rien mais qui voudrait savoir ». Même si vous n’avez aucune notion de la science des messages cachés, avec un peu d’attention, l’ensemble vous semblera limpide !

Table ronde Santé – Cloud Event SynAApS 2017

Pour commencer l’année 2017 en toute sérénité, SynAApS, hébergeur certifié Sécurité (ISO 27001:2013) et agréé Santé (HADS), organisait le 19 janvier dernier une grande table ronde sur le thème de la médecine connectée, afin de répondre aux nombreuses interrogations des Professionnels de Santé sur l’hébergement sécurisé des données et infrastructures IT de santé.

Promouvoir l’éducation numérique

Les semaines se suivent et se ressemblent. L’actualité numérique est intense, mouvementée et diversifiée. Du piratage de la brosse à dent connectée au virus capable de provoquer la défaillance de réseaux de distribution d'électricité en passant par les révélations de piratage politique ou les quelques 1.1 TB de données d’électeurs américains qui ont fuité, aucune structure ni aucun support ne sont épargnés mais il semble que la santé devienne une cible privilégiée : Des hôpitaux américains, allemands, sarthois, les NHS, un grand concepteur d’objets connectés de santé, des laboratoires, des mutuelles… « Sur le deuxième trimestre 2016, près de 90 % des attaques par ransomware ont visé des établissements de santé dans le monde ». Pire, « la santé a été le secteur le plus ciblé par les cyberattaques au 1er trimestre 2017 », peut-on lire sur les sites spécialisés. Plusieurs raisons à cela.

Cloud HADS pour l’ADEMAS Alsace

Dans le cadre de l’appel à projets « Expérimentation et évaluation de la dématérialisation des flux d’information associés à la mammographie numérique » lancé par l’INCa (Institut National du Cancer) en septembre 2016, L’ADEMAS Alsace en collaboration avec SOLUTIONS IMAGING a développé GéDéon, un outil innovant de gestion du dépistage du cancer du sein qui permet un suivi complet et confidentiel du dossier patient. Hébergée dans les datacenters agréés Santé (HADS) et Qualité (ISO 27001:2013) de SynAApS, cette solution bénéficie des plus hauts standards de sécurité.

Rapport d'activité 2016 : La sécurité, condition sine qua non d'une transition numérique réussie (ANSSI)

À l’occasion de la parution de son rapport d’activité 2016, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) revient sur une année marquée par l’apparition de nouvelles menaces capables de fragiliser nos démocraties mais qui, parallèlement, ont ouvert la voie à une prise de conscience renforcée du risque numérique à tous les niveaux de la société.

Le compte-rendu de Gérard PELIKS

Monsieur Gérard Peliks nous a fait l'amitié pour la 3ème fois de rédiger un compte-rendu détaillé de son expérience parmi nous au Congrès du Mans.

Chaque conférence et chaque moment y est détaillé de son point de vue de congressiste. Cette année nous avons décidé d'en faire profiter nos lecteurs afin que chacun puisse vivre ou revivre "l'expérience" Congrès National des SI de Santé.

Article 110 : les 4 questions de l’APSSIS au Ministère

L’article 110 de la Loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a ajouté une nouvelle disposition en matière de sécurité des systèmes d’information de santé. L’article L. 1111-8-2 du code de la santé publique dispose que : « Les établissements de santé et les organismes et services exerçant des activités de prévention, de diagnostic ou de soins signalent sans délai à l'agence régionale de santé les incidents graves de sécurité des systèmes d'information. Les incidents de sécurité jugés significatifs sont, en outre, transmis sans délai par l'agence régionale de santé aux autorités compétentes de l’Etat. Un décret définit les catégories d'incidents concernés et les conditions dans lesquelles sont traités les incidents de sécurité des systèmes d'information. »

Madame Frédérique POTHIER, Chargée de Mission, DSSIS (1) et Monsieur Philippe LOUDENOT, FSSI (2) des Ministères chargés des Affaires Sociales, répondent aux 4 questions de l’APSSIS.

?>