Objectif qualité !

La certification Qualiopi (nom de la marque de certification qualité des prestataires d’actions de formation dévoilé le 7 novembre 2019 par le Ministère du Travail) est délivrée par des organismes certificateurs retenus par le Cofrac. Cette certification a pour objectif d’attester la qualité du processus mis en œuvre par les prestataires d’actions concourant au développement des compétences, qu’il s’agisse d’actions de formation, de bilans de compétences, d’actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience ou d’actions de formation par apprentissage.

Rapport Menaces et Incidents du CERT-FR

Un rançongiciel est un code malveillant empêchant la victime d’accéder au contenu de ses fichiers afin de lui extorquer de l’argent. Historiquement, les attaquants détournaient des fonctionnalités du système d’exploitation afin de bloquer l’utilisateur face à une page de rançon. Désormais, la très grande majorité des rançongiciels ont la capacité de chiffrer des fichiers stockés sur le réseau de la victime.

Ce chiffrement de fichiers, appliqué à l’ensemble d’un réseau informatique, a montré ces dernières années sa capacité à bloquer l’activité de nombreuses entreprises et institutions et à générer des coûts de remédiation très importants. En mai 2019, la ville de Baltimore a vu ses réseaux paralysés par une attaque de ce type et a évalué le préjudice financier à 18 millions de dollars, dont dix pour la remise en état du parc informatique.

Ce document se concentre sur l’analyse des attaques par chiffrement à finalité lucrative et leur impact sur les entreprises et institutions. Il ne prend pas en compte les rançongiciels ne s’appuyant pas sur le chiffrement de fichiers, ainsi que les codes de sabotage prenant l’apparence de rançongiciels mais n’étant pas distribués dans une logique lucrative.

Cybersécurité Santé : et si les planètes s’alignaient ?

Dans son discours du jeudi 28 novembre 2019, prononcée lors de l’étape parisienne du tour de France de la e-santé, notre Ministre, Agnès Buzyn, déclarait : « Face aux risques de cyberattaques du système de santé, la cybersécurité à l’échelle de chaque établissement de santé est donc devenue une priorité nationale »1. C’est suffisamment historique pour être relevé, puisqu’il s’agit de la première prise de position d’une Ministre de la Santé sur le sujet de la cybersécurité. Un programme national de sensibilisation des professionnels de santé est lancé le même jour : « Tous cyber vigilants ».

En rejoignant l’APSSIS, devenez un(e) professionnel(le) entouré(e) et engagé(e) !

L’APSSIS fédère les acteurs de la cybersécurité des systèmes d’informations de santé. Ses 150 Adhérents sont des établissements de santé publics et privés, des GHT par leur établissement support, des groupes privés MCO / EHPAD / ESPIC, des institutionnels, des GRADES, des industriels et éditeurs, des experts indépendants. Ces structures sont représentées par leurs RSSI, DSI, RSI ou Directeur Général.

100 % des hôpitaux français sont susceptibles d'être hackés

Le risque d'intrusion de hackers et donc de vol de données de santé croît avec l'informatisation des hôpitaux et l'interconnexion galopante avec les acteurs du secteur. Pour autant, même si la santé est en retard dans sa politique de sécurité, des vigies, les RSSI sont chargés d'éduquer le personnel en matière de protection et d'éteindre le feu en cas d'attaques réelles. Enquête

27 novembre 2019 - Systèmes d'information en santé : comment garantir la sécurité et la confiance ? (nile)

La semaine dernière, le CHU de Rouen a été la cible d'une cyberattaque imposant un arrêt informatique total de plusieurs jours, impactant la prise en charge des patients et l'organisation des soins et des services. En dehors de cet événement, on relève un très grand nombre d'attaques informatiques, moins médiatisées, mais aux conséquences tout aussi préjudiciables. Parmi elles, l'impact sur la confiance, nécessaire à la sécurité des systèmes d'information en santé.

?>